Culture

Exposition "Mémoire d'une petite cuillère" à l'INSPE

Publié le 25 novembre 2021
Memoire cuillere

Inaugurée au festival "Les Festives", l'exposition "Mémoire d'une petite cuillère", est présentée au RDC du site Molitor du 30 novembre 2021 au 28 janvier 2022.

Venez découvrir de grandes peintures d'étudiants en Master MEEF arts plastiques résultant d'un projet sur "Aborder les questions sensibles dans l'enseignement des arts plastiques", mise en regard d'une exposition intitulée "Résister par l'Art et la Littérature"en partenariat avec le mémorial de la Shoah.

 

Descriptif

L’Institut National Supérieur du Professorat et de l’Éducation de Paris (INSPE, École composante de Sorbonne Université) forme les futurs et nouveaux enseignants dans ses MASTER ou en formation initiale pour le premier (école) et le second degré (collège et lycée). Toutes les formations disciplinaires y sont représentées. Des cours et formations transversales préparent aussi les étudiants-enseignants à aborder des sujets plus sociétaux, afin de les aider dans la formation des élèves à devenir de futurs citoyens.

Ce travail de création picturale s’inscrit dans un module de formation interdisciplinaire et inter-degrés afin que les futurs enseignants maîtrisent la pédagogie de projet, intégrant l’enseignement des valeurs de la République, la lutte contre les discriminations, et également le devoir de Mémoire ; ici en partenariat avec le Mémorial de la Shoah.

L’INSPE travaille en partenariat avec le Mémorial de la Shoah depuis maintenant plusieurs années. Dans le cadre de l’anniversaire des 75 ans de la libération des Camps, conférences, formations, spectacles et expositions ont été programmées en 2020 (parfois annulés pour des raisons sanitaires).

Le Mémorial de la Shoah met à disposition des établissements scolaires et universitaires des expositions de qualité favorisant le travail de Mémoire. La présentation de l’exposition de peinture des étudiants simultanément à l’exposition du Mémorial « Résister par l’Art et la littérature » s’est imposée naturellement, pour rendre compte du travail mené en formation par nos étudiants. Cette rencontre permet de rendre visibles les liens entre l’Histoire, la mémoire, les savoirs, les responsabilités individuelles et leurs expressions sensibles.

Aborder les questions sensibles en Arts Plastiques ?

Les objets transmettent de la mémoire. Qui n'a pas hérité du presse-purée de sa grand-mère, de la besace d'un oncle malicieux, d’une jolie petite cuillère ayant honoré autrefois tous les desserts d’anniversaires, attention délicate et luxe d'un instant ?

Lors des déportations qui jalonnent l'histoire, les gens emportent ce à quoi ils tiennent, richesses domestiques, promesse de monnaie d'échange, ou souvenirs du monde auquel ils sont arrachés. Dans les valises d'Auschwitz il a été retrouvé de nombreux objets porteurs d'histoires et de mémoires, dernières traces de vies familiales, de coutumes, de cultures, classés en tas dans les camps. Leur nombre et leurs singularités ont prouvé les mensonges auxquels on leur faisait croire, et ont donné une réalité au nombre des disparus.

Dans le travail ici présenté, les étudiants ont choisi un objet parmi de nombreux proposés, datant tous de l'après-guerre. Ils ont oeuvré ensuite pour que leur peinture fasse écho à sa mémoire. Chaque peinture a été réalisée en deux heures, à l’acrylique, par petit groupe. Cela a permis de confronter les mémoires individuelles et de créer une mémoire collective, de déclencher des débats, d’apprendre, de mutualiser les connaissances et parfois de déplacer des représentations. La consigne déclenchant le travail fut :

"Choisissez un objet parmi ceux proposés, et ravivez sa mémoire...".

Comme on ravive des couleurs délavées avec le temps, ou des souvenirs. C'est un travail sur la Mémoire où l'objet sert de médiateur symbolique. Et cela évite toute expression artistique morbide sur un sujet pourtant délicat.

D'où ce titre elliptique mais également poétique, où la petite cuillère incarne la tension entre la banalité d'un objet quotidien, et la façon dont celui-ci nous rattache à notre humanité.

Olivia Bihouis (responsable du projet)

olivia.bihouis@inspe-paris.fr